Intestin ou 2ième cerveau

15/12/2017

  1. Maladie de Crohn

Des champignons trouvés dans le corps humain sont identifiés pour la première fois comme cause principale de la maladie de Crohn.

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire de l'intestin qui provoque une inflammation du tube digestif. La douleur abdominale, la diarrhée sévère et la fatigue font partie des symptômes les plus courants de cette maladie.

Lors du diagnostic de la maladie de Crohn, l'une des premières questions qu'un patient peut poser à son médecin consiste dans la possibilité de guérison. Actuellement, il n'y a aucun remède contre la maladie de Crohn et il est conseillé aux patients de se focaliser davantage sur la gestion de leurs symptômes, la prévention des poussées et la stimulation de la rémission en réduisant ou en contrôlant l'inflammation due à ces symptômes.

Certes, lorsqu'une personne souffre d'une maladie inguérissable, il est démoralisant de savoir qu'elle est simplement «coincée» avec quelque chose de malsain dans son corps. Il n'est pas possible de prendre une gélule magique ni de manger un fruit magique en vue de faire disparaître cette maladie. Mais quand les nouvelles portent un brin d'espoir, cela vaut le coup d'écouter.

Les champignons jouent un rôle important dans le développement de la maladie de Crohn

Des chercheurs de l'Université Case Westerneserv Re ont découvert un champignon qui se lie avec deux types de bactéries, pour provoquer les symptômes de la maladie de Crohn. C'est la première étude ayant révélé un champignon impliqué dans le développement de la maladie, et on espère que l'identification mène à de nouvelles méthodes pour traiter la maladie de Crohn.


« Principalement, les patients atteints de la maladie de Crohn ont des réponses immunitaires anormales à ces bactéries, qui habitent les intestins de chacun de nous. Alors que la majorité des chercheurs mettent l'accent sur ces bactéries dans leurs recherches, peu de chercheurs ont passé au crible le rôle des champignons qui sont également présents dans les intestins de chacun de nous. »
https://www.upi.com/Health_News/2016/09/21/Fungus-identified-as-key-factor-in-Crohns-disease/4477611474160/
wisemindhealthybody.com / image illustration : Sebastian Kaulitzki

E.Coli et Serratia Marcescens

Publié dans la revue mBio, l'étude a analysé les échantillons fécaux de 20 personnes atteintes de la maladie de Crohn, des échantillons de 28 membres de leurs familles qui ne souffrent pas de la maladie, et 21 personnes qui ne sont ni elles ni les membres de leurs familles atteints de la maladie.

Les chercheurs ont découvert que les personnes atteintes de la maladie de Crohn avaient deux bactéries présentes dans leurs excréments - l'Escherichia. Coli et la Serratia marcescens - qui se déplacent «de pair» avec le champignon Candida tropicalis. Les trois éléments produisent un biofilm qui déclenche l'inflammation liée à la maladie de Crohn.

Les chercheurs ont également constaté que les bactéries et les champignons avaient des concentrations beaucoup plus importantes dans les échantillons de patients, contrairement aux membres de leurs familles. Dans l'ensemble, le dénombrement bactérien et fongique des personnes qui ne sont pas atteintes de la maladie de Crohn et les membres de leurs familles qui souffrent de la maladie était très différent.

« Parmi les centaines d'espèces bactériennes et fongiques présentes au niveau des intestins, il est indicatif que les trois bactéries que nous avons identifiées étaient étroitement liées chez les patients atteints de la maladie de Crohn », a expliqué le docteur Ghannoum.

« De plus, nous avons constaté des ressemblances considérables dans ce que l'on pourrait appeler les  'profils intestinaux' des familles atteintes de la maladie de Crohn, qui étaient remarquablement différents des familles qui ne souffrent pas de ladite maladie. Toutefois, nous ne devrions pas attribuer la maladie de Crohn aux dénombrements bactériens et fongiques dans nos intestins seulement.

En effet, il est évident que les membres de la famille partagent le même régime alimentaire et le même environnement à un niveau significatif. On appelle cela l'épigénétique. Des habitudes familiales. A cet égard, d'autres recherches sont nécessaires en vue d'assurer la précision de l'identification des causes de la maladie de Crohn.

Sources et références :


2. Candida Albicans - ou Candidose

https://www.santenatureinnovation.com/

Vous reconnaissez-vous parmi un ou plusieurs des symptômes 

énoncés ci-dessous ?

  • Vous vous sentez comme une limace, avec l'envie de traîner au lit tous les matins.
  • Vous êtes triste sans raison, anxieux, et que le moindre défi vous paraît une montagne.
  • Vous souffrez de problèmes digestifs, de démangeaisons, de migraines, de maux de crâne.
  • Vous avez essayé tous les régimes sans jamais parvenir à perdre du poids.
  • Vous avez des difficultés de concentration et l'impression d'avoir la tête comme un seau.
  • Vous avez du « muguet » (taches blanches dans la bouche et sur les lèvres).
  • Vous avez des mycoses et irritation sur des zones humides du corps (orteils, sous les ongles, parties génitales).

Ce sont des signes que vous souffrez vraisemblablement d'une infection par le champignon microscopique ou levure nommé Candida albicans.

Vous ne pouvez pas rester comme ça !

Le VRAI problème n'est pas sur vos pieds ou vos parties génitales. Il est dans votre intestin. Le Candida albicans est un champignon microscopique, autrement dit une levure. Il vit dans votre intestin, et c'est normal. Malheureusement, les mycoses apparaissent quand les Candida albicans se développent abusivement dans l'intestin. C'est alors que ce champignon produit pas moins de 79 immunodépresseurs [1]. Ce sont des substances qui neutralisent vos défenses naturelles, ouvrant grand la porte à des maladies plus graves :

le syndrome du côlon irritable - l'asthme - les ballonnements - les flatulences - la fibromyalgie - la fatigue chronique et surtout... le cancer 

C'est pourquoi il est si urgent de vous soigner, si vous pensez être touché. Mais la plupart des médecins ont beaucoup de difficulté à faire le diagnostic de ces infections, tant les symptômes sont variés et peuvent être confondus avec ceux de la borréliose. Le résultat est que des millions de personnes se battent sans le savoir contre un ennemi invisible. Voilà pour la mauvaise nouvelle.
La bonne nouvelle, c'est que, si vous m'y autorisez, je vous envoie par email les moyens relativement simples et naturels pour lutter contre les mycoses courantes. TOUTEFOIS, Il ne suffit pas de se limiter à traiter les mycoses externes. Il faut aussi empêcher que le candida albicans devienne majoritaire dans l'intestin et les voies uro-génitales. C'est pour cette raison que je me propose de vous envoyer également : Les Trois mesures simultanées à prendre pour rétablir un bon équilibre de votre microflore. En rétablissant l'équilibre dans votre flore intestinale, vous vous épargnerez dans les années à venir, des milliers de maladies parfois graves voire fatales.

Quels sont les symptômes en cas d'infection par Candida albicans ?

Des plaques blanchâtres dans la bouche, des rougeurs et des démangeaisons épidermiques, une inflammation au niveau des parties génitales... ce sont autant de symptômes différents qui peuvent survenir lors d'une candidose. Cette infection fongique peut aussi bien se manifester sur la peau qu'au niveau de nombreuses parties du corps comme la bouche, l'œsophage, l'intestin ou le vagin. En fonction des zones infectées par Candida albicans, les symptômes peuvent être très différents.

Quelles sont les différentes formes de candidoses ?

Vous l'aurez compris, une candidose peut survenir de différentes façons. Le plus souvent, cette infection fongique reste très localisée. Elle peut être d'origine cutanée. Dans ce cas, l'infection survient généralement au niveau des zones de transpiration telles que les aisselles et sur des zones écorchées ou brûlées. Une candidose peut également se développer sur certaines muqueuses, dont celles de l'œsophage, de l'estomac, du côlon, de la cavité buccale ou encore des voies génitales. La candidose vulvo-vaginale est un cas courant d'infection fongique. Elle constitue d'ailleurs une des infections gynécologiques les plus fréquentes. Survenant principalement lors d'une grossesse ou après la ménopause, cette candidose se manifeste par des démangeaisons et d'importantes brûlures vulvaires.

Existe-t-il un risque de complications lors d'infections par Candida albicans ?

Dans la majorité des cas, les candidoses superficielles sont bénignes, c'est-à-dire sans danger pour la santé. Néanmoins, elles peuvent devenir graves lorsqu'elles s'infiltrent dans la circulation sanguine. On parle alors de candidose systémique ou de candidémie. Dans ce cas, plusieurs zones de l'organisme sont infectées. Le patient présente une fièvre irrégulière associée à une dégradation de l'état général. Ces symptômes sont difficiles à diagnostiquer, ce qui a tendance à retarder et à compliquer la prise en charge. Une augmentation des cas de candidose systémique a été constatée ces dernières années. Deux raisons ont été avancées pour expliquer cette hausse alarmante : une première infection et les contaminations nosocomiales qui peuvent survenir lors d'un séjour dans un établissement de santé.

SOURCE

https://www.santenatureinnovation.com/