L’addiction et la dépendance sont deux choses différentes

29/09/2018

Ces phénomènes n'affectent pas le cerveau de la même manière. Éclairages de Christian Lüscher, neuroscientifique à l'Université de Genève, sommité mondiale dans ce domaine.

Que font les drogues dans le cerveau? Détruisent-elles les neurones?

On a longtemps pensé que les substances addictives étaient neurotoxiques, ce qui sous-entend qu'elles tuent les neurones. C'est vrai pour certaines d'entre elles, comme l'alcool ou les amphétamines, mais ce n'est pas la mort neuronale qui induit le problème. L'héroïne et la cocaïne, par exemple, ne tuent pas les neurones, mais elles entraînent l'addiction. Vous faites la différence entre l'addiction et la dépendance. Pourquoi? Ce sont deux phénomènes différents qui n'affectent pas le cerveau de la même manière. On parle de dépendance lorsqu'on souffre du syndrome de sevrage à l'arrêt brusque de la consommation. Alors que l'addiction est la consommation excessive d'une substance, en dépit des conséquences néfastes. Les opiacés entraînent à la fois dépendance et addiction, alors que la cocaïne ne provoque que l'addiction. En outre, la dépendance touche tout le monde: si on vous prescrit de la morphine comme traitement antidouleur, au bout d'une semaine, vous deviendrez dépendant. Mais vous ne deviendrez pas pour autant accro ensuite.

Cela dit, peut-on prendre une drogue sans tomber dans l'addiction?

Oui. Parmi les consommateurs des substances les plus addictives, seuls 20% deviennent accros. Cela signifie que certaines personnes peuvent avoir une consommation récréative pendant des années sans perdre le contrôle.

Les différentes drogues agissent-elles toutes de la même manière sur le cerveau?

Ce sont des substances pharmacologiques et elles ont différents effets. Mais toutes ont un point commun: elles augmentent la concentration de dopamine, un neurotransmetteur, dans le système cérébral de la récompense. Dans notre laboratoire, nous avons donné à des souris la capacité d'autostimuler les cellules du centre de récompense. Leur addiction est plus forte que celle que peut engendrer une drogue.

L'effet est-il le même pour l'alcool et le tabac, ou pour le jeu et le sexe?

L'alcool et le tabac sont, eux aussi, des substances pharmacologiques qui agissent comme les précédentes. En ce qui concerne le jeu, le sexe ou le shopping compulsif, il y a de plus en plus d'évidences montrant qu'ils augmentent, eux aussi, la libération de la dopamine dans le centre de la récompense.

Comment s'installe l'addiction?

Nous avons montré que les substances induisent un changement majeur des synapses excitatrices et inhibitrices, ce qui modifie ensuite l'activité de certaines populations de neurones. C'est cela qui crée le comportement pathologique. Dans un premier temps, le processus a lieu dans les parties profondes du cerveau et ce n'est que par la suite que le cortex -l'écorce cérébrale- intervient aussi.

Vos recherches vous ont amené à conclure que la cocaïne stimule de façon anormale le processus d'apprentissage. Quel est le rapport entre ce dernier et l'addiction?

Le lien entre les deux, c'est la dopamine, dont le rôle physiologique est de servir de signal d'apprentissage. Quand vous voulez apprendre quelque chose à un animal, vous lui donnez une récompense. Cela active la dopamine, qui envoie au cerveau un signal lui indiquant que cela vaut la peine d'adopter un nouveau comportement. Lorsque l'on consomme une substance addictive, la dopamine est libérée en excès, ce qui crée un signal d'apprentissage inapproprié et que la personne ne contrôle plus. On peut donc dire que l'addiction est la face obscure de l'apprentissage.

Votre équipe a réussi à effacer les traces de l'addiction dans le cerveau de souris. Est-ce un espoir pour traiter l'addiction chez les êtres humains?

On en est encore loin. Les outils que nous avons utilisés pour modifier les circuits neuronaux des souris ne sont pas applicables aux humains. On pourrait avoir recours à une technique assez proche, la stimulation cérébrale profonde, qui est déjà utilisée en pratique clinique, mais il faudra l'améliorer pour arriver au résultat escompté. Cela dit, ce traitement est très coûteux, environ 100 000 francs. Est-on prêt à payer ce prix pour guérir l'accoutumance? À l'avenir, on trouvera sans doute d'autres traitements. Je reste optimiste.