L'ÉCHEC EST-IL NÉCESSAIRE À L'APPRENTISSAGE ?

01/06/2018

Quel a été votre plus récent échec ? Avoir raté un examen ? oublié quelque chose d'important ? été licencié de votre travail ? divorcé ? raté un repas pour des amis que vous invitiez pour la première fois ? vécu une situation difficile avec votre adolescent qui ne communique plus ? oublié un rendez-vous important ? perdu vos économies dans un placement ? été sans argent ?

Alors, je répète ma question : l'échec est-il nécessaire à l'apprentissage ? La réponse est OUI.

Si vous lisez ce texte et que vous êtes perfectionniste, il est possible que vous ayez de la difficulté à accepter l'idée que l'échec soit nécessaire. Il est vrai que pour la plupart, on veut éviter le plus possible les échecs. Ce n'est pas surprenant, car on se fie à la définition du dictionnaire et de ce qu'on a appris par notre éducation. On nous a fait croire qu'un échec c'est MAL, c'est un revers éprouvé par quelqu'un, un manque de réussite, un insuccès; le fait de ne pas avoir obtenu ce qui était espéré.

Je vous suggère d'élargir votre point de vue et de regarder avec les yeux de votre être, c'est-à-dire de mettre de côté la définition matérielle pour la remplacer par la définition spirituelle qui est la suivante : un échec est une EXPÉRIENCE, un outil extraordinaire qui sert de tremplin pour toute future réalisation.

Chaque fois que vous vous accusez d'avoir mal agi, pensez que vous auriez dû faire ou pas faire cela, cela vous indique que vous vous décevez et vous alimentez votre blessure de rejet. Ce sont les blessures de rejet et d'injustice qui se cache derrière toutes les émotions que vous vivez suite à un soi-disant « échec ». Ces blessures vous poussent à croire que vous n'avez jamais le droit à l'erreur, que vous devez toujours être parfait dans ce que vous faites et ce que vous êtes, sinon vous êtes un échec. Ces blessures, alimentées par l'ego, vous empêchent de vous aimer tel que vous êtes et de vous donner le droit d'être humain.

Arrêtons de croire que notre ÊTRE est défini par ce que nous faisons ou ce que nous avons. Nous sommes bien plus que cela. Nous sommes des êtres de lumière venus sur terre pour apprendre à travers nos expériences.

Lorsque vous entendez la petite voix de votre ego vous dire que vous êtes ou vivez un échec, soyez vigilant pour ne pas alimenter cette croyance. Des fois, ce n'est pas votre ego, mais une personne qui essaie de vous culpabiliser quand vous avez commis une erreur. Sachez que cette personne est l'écho de ce que votre ego pense tout bas. Vous ne pouvez pas le voir, car vous êtes dans le déni par peur de souffrir de rejet.

Au lieu de continuer d'alimenter la croyance qu'un échec c'est mal, vous auriez intérêt à vérifier ce que vous pouvez apprendre de votre expérience. Le plus important, c'est d'apprendre à vous aimer même si vous n'avez pas agi selon vos critères de perfection dans le monde matériel.

Supposons que votre mariage s'est terminé par un divorce. Si vous continuez à croire que c'est un échec, vous aurez beaucoup de difficulté à vous engager dans une autre relation. Et si vous arrivez à vous engager tout en ayant peur de vivre un autre échec, c'est ce que vous attirerez. Par contre, si vous regardez avec les yeux du cœur ce que vous avez appris et comment cela peut vous aider à l'avenir, vos prochaines relations seront complètement différentes. Plus on accepte une situation sans jugement, plus on change. Moins on accepte et plus on répète les mêmes situations.

Mon premier mariage s'est terminé par un divorce après 15 ans. Au début, je croyais, comme la plupart, que c'était un échec, et je me sentais coupable d'avoir fait ou de ne pas avoir fait telle et telle chose.

Après quelques années de nouvelles fréquentations qui ne duraient pas longtemps, je me suis demandé ce que j'avais appris de ce premier mariage et ce que je voulais vivre dans une relation durable. J'ai appris deux choses importantes : 1) je n'avais pas été vraie dans mon premier mariage, étant trop occupée à dire et faire ce que je croyais que l'autre voulait, par peur de vivre trop d'émotions. 2) j'avais donc beaucoup d'attentes envers l'autre: qu'il agisse de la même façon avec moi et réponde à tous mes désirs pour me prouver qu'il m'aimait.

Grâce à ces observations, j'ai décidé qu'à l'avenir, je voulais apprendre à être vraie. Je n'avais jamais su l'être, car j'avais agi comme ma mère avec mon père. J'ai aussi décidé d'oser avouer ce que je voulais véritablement et de découvrir ce que l'autre voulait. Ensuite, j'ai appris à utiliser des engagements et des ententes clairs. Eh bien, ça a fonctionné ! Peu après, j'ai rencontré Jacques avec qui j'ai été mariée pendant 35 ans. Nous avons bien réussi tous les deux à être vrais et à conclure des ententes claires.

Tous nos revers, toutes nos expériences, tout ce que nous jugeons d'échec peut nous fortifier. Au lieu de rester accroché à ce que ce mot représente pour vous et vos proches, ce qui vous torture inutilement, il est plus sage de le remplacer par le mot expérience et de bien noter tout ce que vous avez appris grâce à cette dernière.

Rien de ce que nous entreprenons matériellement, de ce que nous vivons intérieurement et spirituellement n'est laissé au hasard puisque toute expérience est utile. Un échec est un pas de plus pour l'évolution de notre âme.

Il est beaucoup plus intelligent et agréable de décider de vivre pleinement toutes nos expériences dans l'acceptation, peu importe le chemin suivi.

Avec amour,

Lise Bourbeau